Regard Neuf

Les origines de Noël : Partie 1

C’est ici un article à tenant historique et culturel, temps de lecture : 5 minutes

S’il existe un éternel débat pour animer nos interminables (et pourtant si court) repas de fête, c’est bien celui-ci ! Aurez vous le dernier mot cette année ??

QUELLE EST L’ORIGINE DE NOËL ?

PARTIE 1 : LA DATE DU 25 DÉCEMBRE

Oui, on nous rebat les oreilles « Noël est une fête commerciale » … Oui certes… Mais comme nombre d’autres choses, chacun tente toujours de s’approprier tout et rien afin d’en obtenir un profit.

Mais là n’est pas le débat. Et les origines de Noël dans tout ça ? Avant d’être une fête industrielle, mais qui fais rêver nos bouchons et même, soyons franc, la plupart d’entre nous ! Alors Noël Qu’est-ce ? De quand ça date ? Et à qui le devons-nous ?

Alors première chose, c’est assez ancien pour que les informations dont nous disposons soient juste assez fiable pour émettre des théories, non pas des faits ! J’insiste, c’est ici un point très important. Alors gardons bien ça en tête ! Et oui cela date d’une époque où les traditions, contes, légendes et autres connaissances se transmettaient par voie oral. Ce n’est que plus tard que ces connaissances furent écrites, et souvent interprétées différemment d’un écrit à un autre.

 

Cette fête est même plus ancienne que cela encore. Elle remonte au plus profond de nos civilisations. Née du manque de connaissance, de la curiosité qui en découle et de l’envie de combler des vides, de répondre à ces interrogations. Ces besoins de comprendre et de combler qui font l’âme même de notre nature humaine.

Comme la plupart des anciennes croyances, légendes et fêtes. Noël se situe aux alentours d’une période stratégique de l’année : c’est l’équinoxe d’hiver. Et c’est loin d’être un hasard. Le 21 décembre le jour le plus court de l’année. Mais d’un œil plus optimiste, c’est aussi la fin des nuits qui devenaient toujours de plus en plus longues. Après cette date, les nuits reculent et les journées recommencent à se rallonger jusqu’au 21 juin, c’est en quelque sorte le jour de la victoire de la lumière, la victoire du soleil sur la nuit n’est-ce pas ?

 

 

 

Au III ème siècle, c’est l’empereur Romain Aurélien qui instaure la date du 25 décembre, à la suite au Saturnales, la fête du sol Invictus. Cette date était en ce temps-là, celle de l’équinoxe d’hiver. Ce qui a une logique : c’est l’équinoxe d’hiver, à partir de maintenant les jours rallongent, fêtons la victoire du soleil invaincu !

**********

Par ailleurs, Mithra, est aussi fêté le 25 décembre. C’est une divinité indo-iranienne. Un précurseur dans son genre, il est 1 500 ans avant le christianisme, le dieu d’une religion monothéiste. Et justement, il se développe en Grèce, lui aussi au III ème siècle. Mithra est une divinité solaire… Tiens donc ? Le symbole brillant et invincible du soleil face à ses ennemis, démons de l’obscur et de la nuit.

**********

Et c’est aussi au III ème siècle que l’église, se développe. Et pour attirer de nouveaux adeptes, elle s’adapte. A ce moment-là, déjà tous le monde célèbre le déjà le 25 décembre, entre la naissance de Mithra et le Sol Invictus. C’est LA fête la plus importante de l’année. Ainsi pour conquérir, les catholiques auraient décidé d’établir le 25 décembre comme étant la naissance de Jésus : journée de la natalité.

**********

 

Alors concrètement, aucun écrit ne permet réellement de définir lequel à réellement fixé la date du 25 décembre en premier, à savoir : Sol Invictus, Mithra ou la Natalité de Jésus ? Cependant une théorie consiste à définir l’église comme la dernière arrivée. En effet les cultes païens lui semblent antérieur. Et d’origine, la bible ne citait jamais aucune date de naissance, ne fêtant pas les anniversaires. Les anniversaires étant plutôt fêtés par les païens.

Ce qui nous pousse à croire que l’église aurai décidé de prendre la fête la plus importante de l’époque et d’en faire une version catholique. Ainsi elle reprend le symbole de la naissance du soleil, par la naissance de Jésus. La victoire de la Lumière sur les ténèbres étant l’idéal pour placer la naissance du messie.

En conclusion, et après tout, toutes ces raisons, tous ces prétextes, tous ces noms différents donnés. Ne sont-ils pas tous qu’une seule idée vouée à nous aider à trouver espoir/bonheur et réconfort dans le froid et l’obscurité de la saison. La symbolique de la lumière qui triomphe, lors de l’équinoxe d’hiver. Même si de longs moments froids restent à venir, la lumière qui représente la vie, tel un boomerang gagne toujours et nous revient. Aujourd’hui encore les lumières sont omniprésentes à Noël.

Le 19 décembre, je vous propose de retrouver les Origine de Noël, partie 2 : les origines des symboles actuels de Noël.

Dans cette première partie, je vous ai dévoilé les principales théories sur les origines de la fête du 25 décembre. Dans la prochaine nous reviendront sur tout ce qui la constitue : sapin, bougies, cadeaux, guirlandes…

Bien à vous,

Léa.

 

33 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.